Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comas : Patrick Amand cede la presidence

Comas : Patrick Amand cede la presidence

Après l'assemblée générale de vendredi, un conseil d'administration du Comas (Comité d'action sociale) des personnels municipaux s'est tenu hier. Patrick Amand a présenté sa démission de président. Un nouveau bureau a été élu. Présidente : Andrée Blaison. Vice-président : Philippe Minault. Vice-président : Henry Babuchon. Trésorier : Sylvain David. Secrétaire : Valérie Martin. Vote à l'unanimité pour ces cinq postes.

Des décisions ont été prises : tout adhérent au Comas s'acquittera d'une cotisation de 4 € qui vaudra adhésion en elle-même + obtention de la carte Tam-Tam, suppression des chèques vacances « gratuits », refonte des prestations selon le quotient familial en favorisant les bas salaires, suppression de l'arbre de Noël et des chèques cadeaux Noël, abandon du CESU, des frais obsèques, des prêts secours, de l'aide Bafa. « De nouvelles prestations seront proposées en cours d'année en fonction des négociations avec les partenaires et de l'état du budget », a indiqué le bureau. La réunion d'information qui s'était tenue vendredi devant 140 agents sous la présidence de Patrick Amand, avait mis en avant les difficultés financières du Comas.

Retrait de Buxerolles Montamisé et Migné

Les communes de Buxerolles, Montamisé et le CCAS de Migné-Auxances avaient annoncé leur retrait. La mairie de Poitiers refuse de porter sa subvention de 140.000 à 300.000 € qui seule aurait permis de maintenir le niveau des prestations d'avant 2014 et n'a proposé que 1.639 € supplémentaires. L'assemblée générale a renouvelé sa confiance au conseil d'administration et l'a mandaté pour mettre en place des prestations réduites pour 2016.

Hier, Patrick Amand a rappelé que l'augmentation de subvention proposée par la mairie était « ridicule. Ville, CCAS et Grand Poitiers apportent 53,88 € seulement par agent contre 91 € et 123 € pour les autres communes adhérentes. » Il a ajouté que « les élus qui ont perdu là une bonne occasion de montrer une volonté d'amélioration du quotidien des 3.042 agents qui ont leurs salaires bloqués par les gouvernements successifs ».

Partager cet article

Commenter cet article